L’entrée en guerre des américains pendant la Première Guerre Mondiale

Cette vidéo est issue d’un partenariat avec le CNC.

Aujourd’hui, nous nous penchons sur le ravitaillement américain, crucial pour les alliés durant la première guerre mondiale. Pourtant, l’entrée en guerre des américains est, vous allez le voir, très tardive.

L’Amérique et la guerre

Lorsque la première guerre mondiale éclate en Europe, les États-Unis, bien que sympathisant avec les pays de l’Entente, restent en retrait : ils sont alors fidèle à leur politique isolationniste, une politique qui se justifie pour eux d’autant plus que de nombreux citoyens américains sont originaires des différents pays engagés dans le conflit. En effet, si on trouve aux États-Unis des communautés britanniques, françaises, russes ou encore italiennes, plutôt favorables à un soutien de l’entente, on trouve aussi beaucoup de communautés allemandes et austro-hongroises qui y sont au contraire fermement opposées, auxquels on peut ajouter les communautés irlandaises dont le ressentiment pour le Royaume-Uni est encore très fort. La neutralité américaine, largement soutenue par l’opinion publique, permet alors de sauvegarder l’unité du pays.

La guerre durant plus longtemps que prévu, les puissances européennes sont obligées de faire appel aux produits américains pour contenter la demande. Le Royaume-Uni et la France importent alors massivement et les États-Unis, au bord de la récession avant l’éclatement du conflit, retrouvent le chemin de la croissance. Cette neutralité permet donc à l’économie américaine de se développer dans tous les domaines et de se refaire une nouvelle jeunesse.

L’entrée en guerre

L’implication économique américaine envers les pays de l’Entente renforce les liens des états unis avec les anglais d’un côté et les français de l’autre. Le poids économique américain devient un véritable problème pour l’Allemagne, qui décide de s’en prendre début 1917 aux navires neutres commerçant avec les pays de l’Entente. Parmi ces navires, bien évidemment, des navires américains. A cela s’ajoute la tentative d’alliance de l’Allemagne avec le Mexique contre les Etats-Unis, l’Allemagne allant jusqu’à promettre son aide pour la reconquête du Texas, du Nouveau Mexique et de la Californie, territoires qui avaient été annexés par les américains 70 ans plus tôt.

Les Etats-Unis rentrent alors en guerre en avril 1917, suite au torpillage de plusieurs de leurs cargos.

L’engagement américain en France

Les Etats-Unis, bien qu’en guerre contre la Triple alliance, ne vont pas au front directement : en 1918, alors que l’Amérique est officiellement entrée dans le conflit depuis 8 mois, seuls 150.000 soldats débarquent et si on met de côté les volontaires, aucun n’affronte directement les forces ennemies. Il faut dire que les États-Unis n’ont au moment de leur entrée en guerre qu’une armée rudimentaire, il faut alors mobiliser des hommes, les former et les équiper. Cependant, le président Wilson refuse que les américains soient incorporés dans les armées franco-britanniques, et pour cause : le retrait américain est stratégique, il permet à la fois d’avoir plus de marge de manœuvre diplomatiquement tout en ménageant l’opinion publique américaine.

S’ils ne participent pas aux combats, la présence des américains dans le conflit est néanmoins cruciale. tout d’abord, les américains font sortir de leurs usines beaucoup de matériel à la pointe de la technologie de l’époque, ce qui permet aux alliés d’être mieux équipés que leurs adversaires. Notons aussi que les américains présents sur le sol européen, qui font partie de l’American Expeditionary Force, agrandissent et améliorent les infrastructures françaises pour mieux accueillir et faire transiter les hommes et le matériel arrivés de l’autre bout de l’Atlantique. on construit de nouveaux ports, de nouvelles gares et de nouvelles voies ferrées, dont certaines sont encore empruntées aujourd’hui. A Brest, le port est agrandi, on y ajoute de nouveaux quais et de nouvelles jetées, on fonde le camp de Pontanezen qui se dote d’un journal, d’une police, d’un hôpital et même d’une prison. durant la fin de l’année 1918, les américains s’engagent finalement dans les combats au sol. La guerre se finit 2 mois plus tard, le 11 novembre 1918.

Pour aller plus loin sur l’entrée en guerre des américains dans la Première guerre :

Chaikin, William : Quartermaster Supply in the AEF, 1917-1918. 1950. <http://www.qmfound.com/supply_aef.htm> 

CRDP de Champagne Ardennes : Les États-Unis et la 1ère guerre mondiale. 2000. <http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/bac/1GM/sujets/etats_unis.htm>

Janssens de Bisthoven, Benjamin : La Première Guerre mondiale. Tome 3: 1918, le dénouement. 2015.

Laisser un commentaire