Pourquoi les français ne sont pas présent dans Battlefield 1 ?


Depuis la sortie de cette vidéo, EA, l’éditeur du jeu, a sorti une extension payante permettant de jouer les troupes française, mais seulement en multijoueur (pas de missions ou de campagne dédiée aux français).

Battlefield, jeu de guerre.

Cet épisode fait suite à « nos ancêtres les gaulois » qui avait déclenché pas mal de réactions en commentaires. J’ai trouvé qu’il était formidable de voir autant d’énergie à communiquer, à argumenter, à débattre dans cet espace, même si je ne pouvais pas répondre à tout le monde.

Je suis sûr que c’est une bonne chose finalement de pouvoir réagir sur l’actualité pour provoquer ce débat et aujourd’hui on va revenir sur la polémique qui a fait énormément de bruit : la le lancement du jeu vidéo Battlefield 1 qui traite de la 1ère guerre mondiale. Battlefield est une série de jeux qui a commencé il y a pas mal d’années : le premier jeu, Battlefield 1942 sur la 2nd guerre mondiale, puis Battlefield 2142 et ensuite des opus sur des zones et des époques un peu plus floues. Ici on traite de la Première Guerre Mondiale et c’est plutôt chouette de pouvoir remettre la première guerre mondiale au centre de l’attention, en tout cas sur l’univers du jeu vidéo.

La Première Guerre Mondiale et le jeu vidéo

Nous sommes au cœur du centenaire 14-18, le sujet est déjà bien couvert par les médias types télévision ou livres mais les jeux vidéo pour l’instant la laissait de côté. Ces dernières années j’ai surtout deux contre-exemples en tête. Il y a eu tout d’abord « Verdun », un jeu de tir à la première personne puis « Soldats Inconnus, Mémoire de la Grande Guerre« , un jeu d’aventure d’Ubisoft où l’on suivait un protagoniste allemand qui essaye de retrouver sa copine française, ce qui nous donnait l’occasion d’incarner plusieurs nationalités.

La première guerre mondiale, c’est les tranchées, c’est la boue, le gaz, les millions d’hommes qui ont été envoyé à la guerre, c’est le front Est et Ouest mais pas que, comme en Turquie…Une période très riche et très traumatisante de notre Histoire donc intéressante à traiter.

Mais si Battlefield 1 a fait autant polémique, ce n’est pas pour la promesse du blockbuster qu’il allait être dans tous les cas, mais surtout parce que les français ne sont pas jouables, tout comme les russes d’ailleurs…

La France et la Russie au second plan

Les français et les russes qui ne sont pas jouables dans un jeu sur la première guerre mondiale…spontanément, en tout cas quand moi je l’ai appris, j’avais envie de dire « Bravo les mecs ! Vous avez fait fort, parce que faire un jeu sur la Première Guerre Mondiale sans les français et les russes… ».Mais nous verrons que finalement cela peut suivre plusieurs logiques et les choses ne sont pas noires ou blanches. On va donc revenir ensemble sur cette affaire pour essayer de comprendre ce qu’il s’est passé.

Tout d’abord qui jouons-nous dans le jeu si on ne joue pas les français ? Les britanniques évidemment, ce qui est une bonne chose car les britanniques on ne les mets pas souvent en valeur dans ce conflit. Dernièrement on a pu voir la super série « Peaky Blinders« , que je vous invite à aller voir, qui traitait de ce sujet : des britanniques qui ont aussi participé à la guerre, qui eux aussi on souffert de cette guerre. On peut également incarner les allemands et les Austro-Hongrois, ce qui parait assez logique quand même. On peut prendre enfin d’autres soldats comme les italiens avec le corps de soldats des Arditis qui ne sont pas très connus ou les Ottomans via le front avec Lawrence d’Arabie… On voit donc du pays! Mais ce qui a surtout choqué le public et les journalistes c’est le fait que si la France et la Russie ne sont pas jouables, les Etats-Unis, eux, le sont. Ils ont d’ailleurs une belle place dans le jeu puisqu’une petite campagne leur est réservé dans le scénario.

Et là on se dit, pourquoi ne pas mettre les français et les russes qui ont un rôle non négligeable dans le conflit et mettre les américains qui sont tout de même arrivés vers la fin et qui se sont engagés militairement sur le front sur les tous derniers mois de la guerre ? On peut se dire « ok », si on met de côté le fait que les français soient pas jouables, ça peut être assez logique que les américains soient dedans car ils ont effectivement été là, on ne peut pas leur enlever. Et finalement Battlefield 1 s’en tire plutôt pas mal là dessus puisqu’il se concentre sur la fin de la guerre. Plutôt 1917 chez les Britanniques, 1918 chez les américains. En tout cas on ne revient pas vraiment sur les années 1914/1915/1916.

Les mecs de chez Electronic Arts ne sont pas bêtes, ils devaient se douter que ça allait provoquer une polémique alors pourquoi ? Pourquoi ils ne sont pas jouables ?

De leur côté ils ont deux explications. La première c’est que le jeu, même s’il s’inspire très fortement de la première guerre mondiale n’a pas vocation à être ultra fidèle à l’Histoire. Leur deuxième argument est qu’ils savaient que les français ont eu un grand rôle dans la guerre mais qu’ils voulaient mettre en avant des nationalités et des événements trop peu connus. Pourquoi pas ? On peut l’accepter aussi.

 

L’impérialisme culturel américain

Mais chez certains joueurs et journaux, le fait de ne pas pouvoir jouer les français, c’était comme bafouer la mémoire de ses soldats. Et surtout, c’était caractéristique d’une chose : l’impérialisme culturel américain sur le domaine des jeux vidéo… mais pas que! On l’a notamment à travers l’exemple du film « le dernier samouraï », le principal protagoniste, Jules Brunet, qui était un français, a été remplacé par un américain pour que le public puisse mieux s’identifier à lui. On peut alors se dire « encore un jeu qui faire la part belle aux américains, qui sauvent le monde… encore une fois ! ». Est ce que c’est vraiment raisonnable de faire ça ? Il y avait un rôle à donner à la France dans cette histoire non ?

Cet impérialisme culturel américain, pour sortir un peu de battlefield, il s’étend même au delà de l’amérique. Ce n’est pas forcément les éditeurs américains qui vont faire le choix de pouvoir mettre ces américains toujours en avant. A la Paris Games Week, où j’ai été il n’y a pas très longtemps, j’ai rencontré un studio, Warhorse Studios (enfin j’ai rencontré une personne du studio, pas le studio…), qui me disait que leur jeu, issu de leur studio de développement tchèque, s’inscrit au XVIe siècle et parle de l’histoire tchèque. Un jeu plutôt sérieux qui ne sera pas présenté d’un point de vue marketing comme un jeu sur l’histoire tchèque, mais plutôt comme un jeu sur l’histoire moyenâgeuse d’Europe Centrale. Parce que de leur point de vue le présenter comme un jeu sur l’histoire tchèque aurait pu faire peur au public américain, qui se serait dit « ok un jeu sur un pays de l’est qu’on ne connait pas et dont tout le monde se fou, ça ne me donne pas envie de l’acheter ». Ils se sont donc eux-mêmes censurés et formatés pour correspondre au modèle de vente américain. On peut donc se dire que cet impérialisme culturel existe, qu’il soit voulu ou pas. Et là on peut comprendre qu’il y ai des gens qui se soient offusqués et qui se sont dit « Merde, ça suffit à un moment donné, faut arrêter la propagande ». D’autant plus que j’avais un petit peu tiqué sur cet argument du « on n’a voulu mettre en lumière des batailles méconnues » quand j’ai vu qu’une des batailles était celle de Lawrence d’Arabie, qui est un personnage qui a été adapté au cinéma et qui a été un des plus grands blockbusters de l’histoire du cinéma américain. Même si les nouvelles générations ne le connaissent pas et que c’est sans doute leurs parents qui le connaissent, dans l’inconscient collectif américain, Lawrence d’Arabie c’est quand même connu non ?!

Une erreur de Marketing ?

En tout cas on l’a vu avec l’exemple de Warhorse Studios, il y a bien des choix qui sont fait pour que le jeu se vende mieux auprès d’un public donné, ici le public américain. Cet argument marketing et économique, ça peut être quelque chose qu’on intègre dans la boucle de la polémique. Ok, les français sont pas jouables, mais se n’est pas tout à fait juste puisque les français, on le sait, vont être jouables en Mars dans une extension, un DLC, qui va être payant. Cela s’inscrit parfaitement dans la logique du jeu où le but est que des extensions sortent au fur et à mesure et que les gens aient envie de les acheter pour pérenniser le jeu, capitaliser sur la durée. Quand ce DLC sortira au mois de Mars 2017, beaucoup de gens vont l’acheter parce qu’ils sont attachés à cette présence française et ils vont vouloir voir comment ils ont été mis en scène.

Les développeurs assument totalement le fait qu’ils voulaient garder les français pour plus tard. Mais pas pour les mêmes raisons.

De leur point de vue, s’ils ont fait ce choix là c’est justement parce que les français occupaient une place trop importante pour les traiter comme les autres nations disponibles dans le jeu, puisqu’on avait 5 petites campagnes solo.Là ils se sont dit qu’il leur fallait un vrai gros truc, parce que la France méritait sa place dans le jeu. Encore une fois c’est deux visions qui s’affrontent, d’une part la logique marketing, il faut faire des sous, et d’autre part la logique éditoriale, il faut se concentrer sur le sujet pour ne pas se louper.

La encore c’est à vous de choisir.

Mais alors en dehors du jeu qu’est ce qu’il en est de Battlefield 1 ? Qu’est ce qu’il vaut d’un point de vue historique ? Et s’il n’est pas vraiment fidèle à la première guerre mondiale est ce que c’est grave ?

Battlefield 1, fidèle à l’Histoire ?

En ce qui concerne les cartes, que se soit en solo ou en multi, elles sont absolument énormes ! Ça transpire l’exotisme, on passe du nord-est de la France jusqu’en Turquie en passant par les montagnes italiennes. C’est très bien fait mais pour une guerre 14-18, il n’y a pas énormément de tranchées. Il y en a sur certaines cartes mais on passe très vite dessus. Ça peut s’expliquer parce qu’on est sur les années 1917/1918, donc dans l’offensive de la fin où l’on abandonne ces tranchées. Ça peut être une explication mais sur le peu de cartes où il y a des tranchées, ça ressemble plus à un dédale de couloir qui nous mène là où le jeu veut nous emmener. Ça reste un jeu vidéo, il faut s’y adapter… Les tranchées, on en retrouve pas mal sur la carte de Saint Quentin, qui est aussi jouable en multijoueur. Ils n’ont pas repris véritablement la ville française de Saint Quentin mais plutôt sa campagne. D’ailleurs petit moment pub, il y a à peu près un an, la ville de Saint Quentin justement, m’avait contacté pour faire une application mobile sur la première guerre mondiale. J’avais répondu positivement et si un jour vous allez à Saint Quentin visiter la ville, sachez qu’il y a une application mobile, dont j’ai mis le lien en bas d’article, qui est téléchargeable.Vous pourrez visiter Saint Quentin avec ma voix qui vous parle un peu de Saint Quentin pendant la guerre 14-18. Quand vous arriverez devant des bâtiments vous aurez les photos avant/après, c’est plutôt sympa et c’était mon petit moment pub !

Côté uniformes, je suis pas un grand spécialiste mais ça m’a l’air tout à fait crédible. De façon globale, tout ce qui est habillage du jeu ça me paraît assez crédible. Que ça soit les avions, les tanks et les armes, tout est plutôt bien fait et on sent la patte de l’époque. Bien évidemment, l’avion est réaliste mais se pilote comme si c’était Tom Cruise qui était aux commandes et que c’était un avion furtif. Pareil pour les tanks. Le premier réflexe que j’ai eu après avoir joué c’est d’aller sur internet pour taper « Tank première guerre mondiale ».Je suis tombé sur des archives de l’INA qui montraient des tanks de la première guerre mondiale. Regardez les archives, je les ai mis dans la description, entre les vrais tanks et les tanks de Battlefield, c’est les mêmes ! C’est hyper bien fait. Par contre les tanks n’allaient pas à 30 km/h, ne pouvait pas tirer en roulant…il y a donc eu des compromis qui ont été fait pour le jeu, ça aussi on peut le comprendre. Pareil pour les armes, il y a eu beaucoup de prototypes fin de guerre qui ont été rajouté au jeu, beaucoup de fusil mitrailleurs qui à l’époque se mettaient sur pied et que l’on retrouve dans les mains des soldats pour défourailler comme on veut, en tirant des balles pas illimités mais presque alors qu’à l’époque sur le front on avait des quotas de balles par minute à respecter, les munitions il fallait les produire !

D’un point de vue esthétique donc, c’est crédible, d’un point de vue fonctionnel, ça ne l’est pas. Et pour le coup je trouvais ça beaucoup mieux fait dans « Verdun » où l’on tirait peut être moins vite mais il y avait tout de même une bonne dose de fun.

On peut apprendre la première guerre mondiale avec Battlefield 1 ?

Durant mes premières heures de jeu je me suis rendu compte d’une chose : c’est un jeu où l’on meurt très facilement. La plupart du temps quand on meurt on ne sait même pas qui nous a tué.On se balade on prend une balle, on se balade on se prend un obus…Avec mes copains, on s’est dit « Quand même, j’aurais pas voulu y être…. ». Avec toutes ces explosions on sait que c’est un jeu vidéo, que c’est du spectacle, que c’est faux…mais quand même…
Et c’est intéressant de se dire que le jeu a provoqué ça chez nous, ce sentiment là. On n’était pas que dans le « allez on va tuer des gens ça va être rigolo… » on a vraiment vécu le truc aussi et on a pris un peu de recul en repensant à ce qu’on pu vivre les mecs à l’époque. On s’est dit « c’est un jeu, à l’époque c’était encore pire…. » Quand on voit le champ de bataille, on voudrait pas y être ! Pour moi c’était un paris gagné que de faire ressentir ça au joueur.Et c’est ça aussi qui fait que si le jeu n’est pas très historiquement fiable, il a le mérite de pointer le sujet de la première guerre mondiale, de nous y faire rentrer un petit peu et du coup de se sentir plus concerné par ce qui s’est passé et par cette période qui est souvent laissée de côté par rapport à d’autres conflits comme la seconde guerre mondiale.

Tricher avec l’Histoire, c’est grave ?

Alors est ce que pour un jeu vidéo c’est grave de prendre des libertés avec l’histoire ? Honnêtement de mon côté je pense que non. Il faut recontextualiser les choses, ça reste un jeu vidéo ! On peut utiliser l’histoire, on peut apprendre des trucs mais il y a un mix à faire entre l’Histoire et la bonne dose de fun. Ça dépend aussi de l’objectif du jeu vidéo, certains sont plus sérieux et en font d’ailleurs un véritable argument marketing, « Vous allez plonger dans la vraie histoire » ( c’est peut être là que Battlefield a fait une erreur), et d’autres sont plus funs, avec un contexte historique sympa mais comme toile de fond. Dans tous les cas le jeu vidéo reste un compromis, parce qu’il faut que ça reste fun à jouer. Je comprends bien que l’on soit obligé de faire des choix. Par exemple dans Assassin’s Creed, je comprends tout à fait, malgré la superbe modélisation de Notre-Dame, que pour grimper à Notre-Dame il ai fallu rajouter des éléments de décors sur l’édifice pour permettre d’escalader. Je ne vais pas m’offusquer pour ça parce que ça s’inscrit dans le jeu. C’est le média aussi qui veut ça, on est actif donc il faut qu’on puisse interagir avec le décor. Mais finalement on prend vachement de recul quand on joue au jeu.On se rend bien compte que quand on incarne un pilote qui se crash dans un zeppelin, qui survit, qui grimpe sur le zeppelin qui est toujours en vol, qui capture une mitraillette pour abattre tous les avions autour etc… on le voit qu’on est dans une fiction, on le sait qu’on est pas dans la représentation de l’histoire. C’est pour ça que je trouve qu’il faut nuancer notre position. D’ailleurs je trouve ça hyper intéressant ce rapport qu’à le jeu vidéo à l’Histoire et particulièrement dans le cas de cette polémique sur battlefield 1 autour de la non présence des français dans le jeu au départ. ça aurait été un livre ou un film traitant de l’offensive Meuse-Argonne et qui suivait une escouade américaine, potentiellement on serait passé à côté de la présence des français non ? Pourquoi est ce que sur le jeu vidéo, qui est un autre média, ça prend autant d’importance ? Peut être parce que on se sent beaucoup plus impliqué, parce qu’on est acteur et qu’on a envie de pouvoir choisir ? C’est peut être ça ? En tout cas c’est une question très intéressante et je vous invite à en débattre dans les commentaires.Pourquoi est ce que le jeu vidéo a priori ferait plus polémique sur ce genre de truc ?

Un webdocumentaire bientôt sur ARTE Creative

Bon, ce n’est pas la première « pub » que je fais sur l’épisode mais cette thématique de l’utilisation de l’Histoire dans le jeu vidéo, je trouve ça très intéressant et je suis actuellement en train de bosser avec une boite de prod et une chaîne sur internet, pour réaliser une série de webdoc qui va se concentrer sur ces questions. la sortie est prévu pour février 2018 et je pense que c’est des questions qu’on doit se poser et qui vont nous permettre à tous, amateur d’histoire comme gamers, de pouvoir prendre du recul et élargir nos horizons. Nous faire prendre conscience de ce qu’on consomme en tant que jeu vidéo et de l’histoire qu’on consomme dans les jeux vidéo, de la façon dont on la consomme.

Pour moi le bilan à dresser de cette affaire battlefield 1 et de ce jeu : globalement en tant que jeu vidéo, je trouve que c’est un très bon jeu vidéo. J’y joue, je m’éclate avec mes potes. Ça remplit donc son objectif. Après je me rend bien compte que cette polémique peut être justifié, qu’il y a des arguments qui sont compréhensibles. Je pense d’ailleurs qu’Electronic Arts les a bien compris aussi, ils les ont bien entendu… Je pense que c’était en effet soit un argument marketing un peu maladroit qu’ils ont mal géré soit un vrai impérialisme culturel comme on l’a dit…on ne sait pas mais je pense que de leur côté ils ont du se dire qu’ils sont peut être passé à côté de quelque chose, qu’ils auraient du la jouer différemment. Quoi qu’il en soit ce qui est aussi intéressant dans cet exemple de Battlefield 1, c’est le fait qu’il y ai un retour aux sources. Il y a quand même depuis pas mal d’années une compétition entre la licence « Call Of Duty » et la licence « Battlefield ». Il y avait vraiment les deux camps. Call Of Duty allait toujours vers des univers de plus en plus futuristes, ce que Battlefield faisait aussi dans une moindre mesure. Et cette année, sur Battlefield, ils ont rétro pédalé, ils sont revenus en arrière, ils sont revenus aux fondamentaux en tentant la première guerre mondiale tandis que Call of Duty est allé vraiment vers un truc futuriste. Et là il se passe un truc : Call of Duty se casse la gueule, les gens décrochent massivement. Battlefield leur met la paté. C’est intéressant car finalement si les gens accordent plus d’importance à Battlefield c’est peut être parce que ils ont moins peur d’un univers connu, qu’ils se sentent peut être plus impliqués dans un contexte qu’ils connaissent plutôt qu’un truc inconnu. Ca aussi c’est une question à se poser… En tout cas moi je pense que cette extension avec les français, pas mal de gens vont l’acheter car beaucoup veulent regarder comment ça a été abordé.Mais une fois de plus je comprends que la pilule passe mal auprès de pas mal de gens et moi aussi j’étais un peu surpris au départ… Que ça soit encore les américains qui ai le beau rôle au final (mais pas que, on a vu qu’il y avait les anglais, etc..) ça peut être agaçant en effet… L’histoire n’est pas manichéenne, noire ou blanche, comme le jeu vidéo et je pense que c’était important de faire cette vidéo là justement pour mettre ça en lumière. Y’a pas que du bon ou du mauvais, il faut nuancer les choses, prendre du recul sur tout ce que l’on consomme, y compris les médias que ça soit la télé, les livres ou les jeux vidéo dans le cas de Battlefield 1.

 

Plus d’informations sur Battlefield 1, la polémique :

La critique du journal le monde qui vaut le coup d’oeil :
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/10/26/jeux-video-battlefield-1-1914-1918-comme-si-vous-n-etiez-pas_5020812_4408996.html

Une grand interview du directeur stratégique du studio de développement DICE, qui s’est occupé du jeu et qui justifie notamment l’absence des français
http://www.france24.com/fr/20161021-battlefield-1-jeu-video-game-premiere-guerre-mondiale-histoire-electronic-arts?ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_source=twitter&ns_mchannel=social&ns_linkname=editorial&aef_campaign_ref=partage_user&aef_campaign_date=2016-10-17

Armée française et russe seulement en DLC :
http://www.gamergen.com/actualites/battlefield-1-armee-russe-francais-seulement-dlc-274360-1
Un premier prix pour le pass qui permettra de jouer à toutes les extensions :
http://fr.ubergizmo.com/2016/08/26/battlefield-1-france.html

Test de “Verdun” par le Cri du Troll : http://www.cridutroll.fr/verdun-le-jeu-video-en-plein-coeur-des-tranchees/

Une interview du monde sur “Soldats inconnus, mémoire de la grande guerre” : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/05/19/soldats-inconnus-est-un-jeu-video-sur-la-grande-guerre-mais-ce-n-est-pas-un-jeu-de-guerre_4421313_4408996.html
Un petit comparatif entre tenus/armes dans le jeu et pendant la grande guerre (anglais) : https://warisboring.com/how-realistic-are-the-firearms-in-battlefield-1-84ccf610fa38#.s86s8093l
Application visite saint quentin pendant la 1ere guerre mondiale : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.zevisit.saintquentin&hl=fr
Vidéo des premiers tank français de l’INA : http://www.ina.fr/video/CAF94005540

Une vidéo très sympa d’un Drop dans la Mare sur le sujet du jeu vidéo et du message qu’il délivre (ou pas) : https://youtu.be/ZLBvKy3F7Ms

Laisser un commentaire