Les sports de merde

COUP DE TÊTE SUR CHAT

Côté violence à l’époque moderne, les jeux des foires étaient assez particuliers…

Si on remonte au 17e siècle en Italie, on atteint des sommets de cruauté et… avouons-le, de stupidité.

Il était de coutume, dans certains villages, de placer un cochon dans un vaste enclos et de permettre à des hommes armés de bâton de le poursuivre pour le mettre à mort le tout, comme on dit à l’époque « sous les rires sonores des gens présents ». Mais à l’époque médiévale, on voulait être « encore plus diverti ». Alors on eu l’idée d’attacher un chat vivant à un poteau ou à un arbre.

Les participants, délaissant leurs bâtons, se faisaient attacher les mains derrière le dos. S’agenouillant devant l’animal, ils devaient, chacun à leur tour, essayer d’enlever la vie au félin avec… leur front. Oui, en donnant un bon coup de boule bien senti au chat qui, de son côté, se défendait comme il pouvait, la plupart du temps avec ses griffes pour lacérer les yeux des participants.

La foule applaudissait bruyamment le gagnant qui se relevait, la tête couverte de son sang et de celui de l’animal. Un sport tout en douceur vous l’avez compris, bien loin des préoccupations modernes sur le bien-être animal.

BUZKASHI

Photo prise fin du XIXe siècle montrant des cavaliers kirghizes prêts à jouer au Bouzkachi.
Photo prise fin du XIXe siècle montrant des cavaliers kirghizes prêts à jouer au Bouzkachi.

Sport national afghan qu’on peut traduire par… « attrape-chèvre». J’ai envie de vous dire que tout est là… mais, attendez un peu. Laissez-moi vous décrire l’activité.

La carcasse d’une chèvre, sans tête, sans sabot et éviscérée est placée au centre  d’un cercle. Deux équipes de cavaliers, généralement répartis en équipes de 10 joueurs, essaient de porter ladite carcasse jusqu’au but.

Pour ses origines, on évoque les peuples nomades turcs venus du Nord et de l’Est qui on ensuite propagé la pratique en Chine et en Mongolie entre le 10e et le 15e siècle.

Sous le régime des talibans, le buzkashi a été interdit en Afghanistan, les talibans estimant que le jeu était immoral. Après le renversement du régime taliban, le jeu a repris son cours.

Ouais on peut même s’en faire encore aujourd’hui du Buzkashi, on s’en fait un ?

COURSE SUICIDAIRE D’OMAK

On part maintenant au pays des harley davidson et des burgers à trois étages, les États-Unis pour la Suicide Race ou encore la World Famous Suicide Race…

qui se déroule à Omak dans l’État de Washington. Elle s’est tenue pour la première fois en 1935.

On parle ici d’une course de chevaux qui comprend notamment une pente de 62 % sur une distance de 225 pieds, soit 70 mètres.

Et c’est pas fini, on doit traverser la rivière Okanogan, La plupart des coureurs portent un casque et un gilet de sauvetage.

Comme de nombreux chevaux étaient tués ou blessés, les protestations se sont faites de plus en plus virulente avec les années.

Mais ça se joue encore !

TOMATINA

Si vous imaginiez ce que pouvais être la Tomatina, vous étiez sans doute en dessous de la réalité.
Si vous imaginiez ce que pouvais être la Tomatina, vous étiez sans doute en dessous de la réalité.

Vous êtes fan de tomates, alors la Tomatina, qui a lieu le dernier mercredi d’août dans le village de Bunol vous acceuille les bras ouverts !

Pendant 2 heures, c’est plus de 40 tonnes de tomates qu’on balance sur tout ce qui bouge… et tout ce qui ne bouge pas… Bref, on balance sur tout, partout, tout le temps.

On retrouve en moyenne une foule de 30 000 participants qui s’en donne à cœur joie !

On raconte que cette… pratique… oui disons cela parce que je ne suis pas vraiment sûr qu’on puisse la qualifier de sports, s’est tenue pour la première fois dans les années 1940 alors qu’un repas entre amis dégénéra… j’imagine à peine les discussions qu’ils devaient avoir… sans doute à propos de la météo…

TIRAGE D’ANGUILLE  VIVANTE

Encore une fois, le titre laisse peu de place à l’imagination, car c’est exactement ce que vous imaginez, mais faut quand même donner les bases.

Au dessus d’un cours d’eau, de préférence en pleine ville, question qu’on puisse accueillir une foule nombreuse, on tend une corde au centre de laquelle on attache, ben oui vous l’avez deviné, une anguille vivante.

Attention, on la choisit en fonction de sa taille et, surtout de ses propriétés glissante. Parfois, on n’hésite pas à la graisser ou à la savonner question de rendre l’exercice encore plus difficile.

Tandis que l’anguille se débat au-dessus du cours d’eau, un homme, debout sur un bateau qui  avance à vitesse régulière doit, avec une main, attraper l’anguille. Celui qui  l’attrape, ou qui en attrape un morceau (ouch !) est déclaré vainqueur et a comme ultime récompense a le loisir de faire frire sa récompense !

Le genre de sport où les spectateurs viennent juste pour voir les concurrents qui tombent à l’eau.

Pourtant, le 25 juillet 1886 à Amsterdam, ça va plutôt mal se passer. Un policier qui passe par là décide que c’en est assez. Il coupe la corde et ordonne à la foule de se disperser. Disons que le climat social était loin d’être apaisé en cette fin du 19e siècle en Hollande.

La foule va alors se lancer sur le policier et le ruer de coups. Les renforts arrivent, mais n’arrivent pas à contenir la foule déchaînée !

L’émeute s’en suit. On déchausse des pavés, on forme des barricades… après 3 jours d’affrontement, on fait venir l’armée et ça se poursuit… on va même ouvrir le feu sur la foule. Bilan : 26 civils perdent la vie, 136 sont blessés.

Faut pas déconner avec l’anguille !

La pêche à l’humain

Les pêcheurs ont souvent tendance à exagérer la taille de leur prise.  Certains parlent même de taille presque humaine pour évoquer les poissons pêchés…

Peut-être que cette exagération vient du fait qu’on a véritablement péché des humains. Non non, je déconne pas.

Nous sommes en Australie, en 1899. Le Newcastle Herald de Nouvelle-Galles du Sud parle d’un divertissement qui attire beaucoup de fidèles.

La pratique est simple, dit le journaliste, un nageur, muni d’un harnais, tient le rôle du poisson tandis que le pêcheur, avec sa ligne, doit l’accrocher et le remonter dans le 10 minutes.

Le « poisson », peut tout faire pour empêcher sa capture, même casser le fil avec ses dents (les outils sont interdit). Vous vous en doutez, le « poisson » remportait presque toujours la partie alors le « sport » a vite perdu de son intérêt…

Ajoutons surtout que l’étranglement et la noyade sont deux autres possibilités pas super cool pour capturer la proie… le jeu va donc… tomber… à l’eau !

Conclusion

Et pour ceux qui en veulent encore je pourrais vous parler du Championnat gallois de tuba en eau putride, au cours duquel on doit nager dans un eau marécageuse sur 60 mètres.

Et enfin, le Championnat de chasse au moustique en Finlande !. En 1995, on a établi le record de 20 moustiques tués en 5 minutes… et le record tient toujours. Je sais pas pourquoi, mais me semble qu’au Québec, on les clancheraient solide. Enfin, je dis ça, je dis rien.

On pourrait aussi évoquer le  Championnat de port de femmes, en Finlande, qui consiste à porter son épouse lors d’un parcours d’obstacle de 253.5 mètres pour gagner le poids de son épouse en bière !

Merci à tous d’avoir suivi cet épisode, bien entendu je vous invite à aller découvrir ou redécouvrir la chaîne de Laurent Turcot, l’Histoire nous le dira, je vous mets le lien en description !

Bon et la prochaine fois on fait ça chez moi ?

Carrément ! Oubliez pas de vous abonner en attendant, d’activer la petite cloche pour pas louper les prochains épisodes. Bon été à tous et à la prochaine !

Pour aller plus loin

> Les miscellanées sportives de Mr. Schott, Ben Schott, 2018, Editions Sous-sol : https://amzn.to/2JjoJgB

> L’encyclopédie des sports oubliés, Edward Brooke-Hutching, 2016, Editions Points : https://amzn.to/2XyeI8a

> La chaîne de Laurent Turcot “L’Histoire nous le dira”: https://www.youtube.com/channel/UCN4TCCaX-gqBNkrUqXdgGRA

> Les sports niaiseux : https://www.youtube.com/watch?v=njLC_gfqHcI

> Les sports extrêmes dans l’Histoire : https://www.youtube.com/watch?v=_6VAFpMLc1c

> https://www.alamy.com/trickery-photo-of-eel-pulling-on-the-lindegracht-amsterdam-the-netherlands-f-bouman-1886-image211394338.html?fbclid=IwAR1g70aJ7BRC4GyKoOhh8upEXsbSfEH9HnzNl6ww6ZcmyQziwaOVKT9MWeg

> https://www.thefactsite.com/amsterdam-eel-riots/

Laisser un commentaire