L’odyssée du Graf Spee

Mes chers camarades bien le bonjour ! On présente souvent le début de la seconde guerre mondiale comme la « drôle de guerre », une période d’attente pendant lequel chacun campe sur ses positions. Si cette conception s’applique au front franco-allemand, elle est en revanche erronée en ce qui concerne le reste du monde. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à un épisode relativement peu connu du début du conflit : la bataille du Rio de la Plata, et le sabordage du navire allemand Amiral Graf Spee. Bataille navale et intrigues diplomatiques au programme… Au passage, cela va nous permettre également de voir que même le continent sud-américain a été le théâtre d’opérations militaires, navales en l’occurrence…

La construction de l’Amiral Graf Spee

Comme vous le savez sûrement, à la suite de la première guerre mondiale, un certain nombre de traités sont signés en faveur des vainqueurs. Le plus connu est bien entendu le Traité de Versailles, qui comporte une série de clauses limitant la puissance navale des pays vaincus : l’Allemagne ne pouvait, selon ces clauses, disposer d’une flotte comportant plus de 6 cuirassés et 6 croiseurs légers, ne pouvant être remplacés qu’après avoir atteint 20 ans de service. De plus, les nouveaux navires étaient limités à un tonnage maximum de 10 000 tonnes.

Pour vous faire une idée de la différence, le Traité navale de Washington de 1922 fixe à 35 000 tonnes la limite pour les pays vainqueurs. 3 fois plus gros donc… L’idée générale étant de restreindre la Reichsmarine, la marine allemande à une flotte de protection des côtes.

Détail notable, aucun des deux traités ne régule l’armement des navires, même si la Commission militaire interalliée de contrôle, créée par le Traité de Versailles, a en théorie un pouvoir de contrôle.

Dès 1922, l’Allemagne entame les études préliminaires à la construction d’un nouveau bâtiment, remplaçant le croiseur Preussen mis hors-service en 1920. Mais les graves problèmes économiques de la République Allemande repoussent le projet. C’est finalement en 1928 que les plans et la construction du premier des nouveaux croiseurs allemands sont votés, malgré la forte opposition des sociaux-démocrates, derrière le slogan : « de la nourriture plutôt que des croiseurs ». Les travaux du  croiseur Deutschland commence effectivement en 1929 dans le port de Kiel.

Vue de haut et de profil du navire Amiral Scheer, de la même classe que le Graf Spee.
Vue de haut et de profil du navire Amiral Scheer, de la même classe que le Graf Spee.

Suite à la destruction de deux autres vaisseaux obsolètes, le Lothringen et le Braunschweig, les navires Amiral Scheer et Amiral Graf Spee sont également mis en chantiers en 1931 et 1932.

Cette nouvelle génération de croiseurs allemands bénéficie de plusieurs innovations technologiques. En effet, il s’agit des premiers navires de cette taille a être équipé de moteur diesel, permettant d’alléger l’embarcation. De même, une coque soudée plutôt que rivetée comme d’ordinaire à cette époque offre un gain de poids significatif, augmentant ainsi le poids de l’armement et du blindage. Conséquence de l’allègement, les trois navires possèdent un rayon d’action important, à peu près 30,000 km. Avantage également, ce design novateur les rends extrêmement manœuvrable, leur permettant de compenser leur force de frappe légèrement moindre par rapport aux gros croiseurs britanniques.

Et avec tout ça, ils restent dans les limites de tonnage imposés par le traité de Versailles. En théorie en tout cas : l’Amiral Graf Spee par exemple, annoncé à 10,000 tonnes, a en fait un tonnage de 12,540 tonnes. Ni vu, ni connu, ça passe… et ces caractéristiques valent à ces trois navires le surnom de « cuirassés de poches ».

Mission du Graf Spee

L’Amiral Graf Spee est mis en service le 6 janvier 1936. Sa première mission consiste à participer aux patrouilles de non-intervention le long des côtes républicaines espagnoles (voir vidéo sur la guerre d’Espagne ^^). De retour de mission, il fait même escale en Grande-Bretagne afin de représenter l’Allemagne pour le couronnement du roi Georges VI. Après quelques autres patrouilles de routine, le Graf Spee est envoyé le 21 août en direction de l’Amérique du Sud.

Capitaine de frégate Hans Langsdorff, qui commanda le Graf Spee lors de sa sortie dans l'Atlantique Sud.
Capitaine de frégate Hans Langsdorff, qui commanda le Graf Spee lors de sa sortie dans l’Atlantique Sud.

Anticipant le déclenchement de la guerre, le plan est de préventivement occuper la route maritime reliant la Grande-Bretagne au continent sud-américain.

Lorsque la guerre est déclarée en septembre 1939, le Graf Spee commence ses opérations, sous le commandement du capitaine de vaisseau Hans Langsdorff.

L’objectif d’Hitler est d’organiser un blocus maritime de la Grande-Bretagne en coupant ses lignes d’approvisionnement : c’est le début de ce que l’on appellera la « bataille de l’Atlantique ».

Itinéraire du Graf Spee dans l'Atlantique Sud en début de guerre.
Itinéraire du Graf Spee dans l’Atlantique Sud en début de guerre.

Le Graf Spee, certes bien armé, n’est pas de taille à rivaliser en cas d’engagement massif. Ordre lui est donc donné de se comporter en corsaire : traquer les navires marchands, les arraisonner, c’est à dire les arrêter pour des contrôles, évacuer l’équipage sain et sauf avant de les couler. Le tout en restant le plus mobile possible, et en évitant tout engagement, même contre une force inférieure. Cette tactique s’avère redoutablement efficace : entre septembre et décembre 1939, le Graf Spee écume le sud de l’Atlantique, et détruit 7 cargos, un navire frigorifique et un pétrolier anglais.

Dès le 5 octobre cependant, les alliés forment une flotte chargée de traquer ce bâtiment corsaire : divisée en huit groupes, celle-ci se compose de 4 portes-avions, un croiseur de bataille, un cuirassé et 16 croiseurs. Une énorme flotte pour la traque d’une unique navire allemand…

Et pourtant, grâce à sa mobilité, le Graf Spee va échapper pendant deux mois aux alliées ! Jusqu’au matin du 13 décembre…

La Bataille du Rio de la Plata

Aux alentours de 6h du matin, au large de l’estuaire du Rio de la Plata, fleuve frontière entre l’Argentine et l’Uruguay, le Graf Spee repère ce qu’il croit être un convoi civil britannique, et entame les manœuvres d’approches. Apercevant deux bâtiments militaires, Langsdorff donnent l’ordre de faire feu, pensant avoir affaire à une simple escorte. Mais il s’agit en réalité de bien plus : un croiseur lourd britannique, l’Exeter, un croiseur léger également britannique, l’Ajax et un croiseur léger néo-zélandais, le Achilles. Les premières salves du Graf Spee atteignent en plein travers l’Exeter, infligeant de sérieux dégâts, détruisant une tourelle, tuant une bonne partie du personnel du tube lance-torpille tribord, mettant hors service le système de communication du navire ainsi que son avion embarqué. L’Ajax et l’Achilles se rapprochent alors du Graf Spee.

Bien que gravement touché, l'Exeter parvint à sérieusement menacer le croiseur allemand avec une salve de torpilles.
Bien que gravement touché, l’Exeter parvint à sérieusement menacer le croiseur allemand avec une salve de torpilles.

Malgré le rapport de force désavantageux, Langsdorff dirige alors son feu vers les deux croiseurs légers alliés, pensant avoir suffisamment endommagé l’Exeter pour le mettre hors de combat. Mais la manœuvre expose brièvement le flanc du Graf Spee à l’Exeter : l’officier torpilleur de ce dernier prend l’initiative, sans en référer à son commander, de lancer une salve.

Le Graf Spee réussit à esquiver la salve, et concentre ses tirs sur l’Exeter pour le mettre définitivement hors de combat. Lourdement touché, l’Exeter doit abandonner les combats.

Seulement, ce contretemps permet à l’Ajax et à l’Achilles de se rapprocher dangereusement du Graf Spee.

Langsdorff décide alors de fuir vers l’Allemagne. Profitant de la fumée de l’Exeter pour se dissimuler aux regards des deux croiseurs. Problème majeur cependant, l’Exeter avait eu le temps d’endommager les réserves de fuel du Graf Spee, le rendant incapable de mener à bien la manoeuvre.

Langsdorff prend donc la décision de se diriger vers le port neutre le plus proche, Montevideo. Talonné par l’Ajax et l’Achilles, le Graf Spee réussit à atteindre le port de la capitale uruguayenne vers minuit. Ne pouvant pas attaquer, les croiseurs alliés, rejoint par le Cumberland, reçoivent l’ordre de surveiller l’estuaire du Rio de la Plata pour éviter la fuite du Graf Spee.

Intrigues diplomatiques et sabordage du Graf Spee

S’ils ne peuvent pas attaquer, c’est que l’Uruguay est un terrain neutre. Cependant le pays a bénéficié largement de l’aide britannique pour son développement. Par conséquent, malgré sa neutralité, l’Uruguay était en cette année 1939 plutôt favorable à la Grande-Bretagne. La diplomatie britannique se met donc en marche pour aller taquiner le Graf Spee !

Cérémonie d'enterrement des marins allemands tués lors des combats, pendant que le Graf Spee est à Montevideo.
Cérémonie d’enterrement des marins allemands tués lors des combats, pendant que le Graf Spee est à Montevideo.

L’ambassadeur britannique, Sir Millington-Drake, ne réussit pas à obtenir l’expulsion immédiate du Graf Spee, celui-ci arguant de réparations nécessaires, et obtenant trois jours supplémentaires pour le faire. La convention de la Haye, ancêtre de la convention de Genève, impose en effet des règles stricts aux navires belligérants : un vaisseau endommagé ne peut pas rester plus de 24h dans un port neutre, sauf à obtenir une extension pour réparer ses dégâts. De plus, point capital, aucune sortie de port n’est possible dans une fenêtre de 24h après la sortie d’un navire marchand portant pavillon ennemi. La Grande-Bretagne organise donc la sortie régulière, toutes les 24h, de cargos britanniques et français, clouant le Graf Spee à quai.

Pas bête ! Dans le même temps, des renforts sont dépêchés en urgence vers Montevideo. Sir Millington-Drake réussit à obtenir du gouvernement uruguayen qu’aucun avion de reconnaissance ne soit mis à la disposition des allemands. Car si une force navale alliée est effectivement en route, son arrivée est estimée au plus tôt au 19 décembre. Les britanniques alimentent alors la rumeur d’une arrivée précoce de sa flotte.

Sabordé, le Graf Spee coule dans l'estuaire du Rio de la Plata.
Sabordé, le Graf Spee coule dans l’estuaire du Rio de la Plata.

L’opération est un succès. Le 17 décembre, Langsdorff demande à sa hiérarchie la conduite à adopter. Hitler lui fait répondre qu’en aucun cas le navire ne doit tomber entre les mains alliées. À 18h15, le 17 décembre donc, le Graf Spee quitte le port de Montevideo, s’arrête quelques kilomètres plus loin, fait évacuer son équipage, et se saborde, explosant à la stupeur de la foule rassemblée dans le port pour assister à ce qu’elle pensait être une bataille.

La victoire britannique est totale : au large de Montevideo ne se trouvait alors que l’Exeter, gravement endommagé, l’Ajax et l’Achilles à court de munitions, et le Cumberland. La route était en vérité libre pour le Graf Spee… C’est un peu con mais en même temps, il pouvait pas savoir…

Langsdorff, réfugié en Argentine, se suicide deux jours plus tard, drapé dans le pavillon de la marine allemande. La bataille de l’Atlantique commence donc par une humiliation allemande.

À l’image de cette première opération, les nazis ne réussiront jamais à organiser un blocus efficace de la Grande-Bretagne, et à asseoir leur domination navale…Enfin, y’a quand même les U-boot et ça c’est une autre paire de manche.

Je vous invite d’ailleurs à voir mon épisode sur les U-boot et le type génial qui en a reconstruit un dans son garage, je vous mets le lien en description ! Et pour ceux qui en redemandent, je vous conseille aussi le visionnage de « La bataille du Rio de la Plata », film anglais de 1956 : C’est carrément dans le thème de l’émission et ça vaut le coup d’œil…

Conclusion

Merci à tous d’avoir suivi cet épisode, n’hésitez pas à vous abonner et à activer la petite cloche pour ne pas louper les vidéos, vous pouvez me retrouver sur Facebook, twitter et instagram pour suivre mon actu, mon nom de compte sur les trois réseaux c’est “notabenemovies”, pas compliqué.

Merci au sponsor de cette vidéo, la société Wargaming, de rejoindre l’aventure Nota Bene, il y aura plusieurs épisodes tout au long de l’année donc préparez vos claviers et vos souris ! Wargaming produit plusieurs jeux massivement multijoueur qui tournent autour de la guerre et l’un deux n’est autre que World of Warships, un jeu de bataille navale où vous pouvez prendre le contrôle de navires assez badass : destroyers, croiseurs, cuirassés, porte-avions. Au pifomètre, le Graf Spee dont nous avons parlé dans cette vidéo par exemple, qui est vraiment super bien refait et c’est d’ailleurs l’intérêt de ce jeu hein, en dehors de jouer à la gueguerre, ce qu’on aime tous faire virtuellement, et bah on peut aussi se faire une super collection de navires sans avoir un port à la Rochelle…plutôt cool ! Le jeu est gratuit, vous pouvez retrouver le lien de téléchargement directement dans la description et je vous donne aussi un code d’invitation, “BOOM”, qu’il faut rentrer lors de la création de compte pour ceux qui n’auraient pas encore de compte Wargaming. Un code d’une valeur de 25€ qui vous offre deux navires, 7 jours de compte prémium et 2.5 millions de crédits qui est la monnaie du jeu.

Voilà les amis, je vous souhaite à tous une très bonne journée/soirée en fonction du moment où vous regardez cette vidéo, on se retrouve très bientôt pour un nouvel épisode !

 

Pour aller plus loin

One thought on “L’odyssée du Graf Spee

Répondre à FIRMIN Roger Annuler la réponse.